Blog

Full Site Editing : un nouvel élan pour WordPress

Le Full Site Editing fait son entrée dans la dernière version de WordPress, et change la donne à toutes les échelles. Petit état des lieux de son périmètre actuel et de son potentiel futur. 

Depuis plusieurs années, la communauté WordPress entend la rumeur prendre de l’ampleur, et guette avec attention chaque nouveauté. De versions en versions, des annonces sont faites, des tests sont lancés, des fonctionnalités expérimentales émergent et se renforcent. Jusqu’à l’apparition de l’éditeur de contenus Gutenberg en décembre 2018. 

Au commencement était l’éditeur de blocs

Ce changement majeur permet de composer ses pages avec un système de blocs de contenu, où chacun remplit un rôle bien précis. Chaque bloc de la bibliothèque est assigné à sa fonction et seulement sa fonction, ce qui lui permet de remplir sa mission de manière précise et optimale. L’ambition affichée est de progressivement appliquer ce système de bloc à chaque élément d’un site web, pour être en mesure de composer des sites entiers à partir des blocs disponibles dans le backoffice de WordPress. 

Cet objectif porte un nom : le Full Site Editing. 

Et l’arrivée de Gutenberg ne représente que la première phase de cette grande marche en avant. Après trois années où l’éditeur de blocs s’est perfectionné tout en chamboulant les habitudes de la communauté WordPress et des professionnels du web, il intègre petit à petit des fonctionnalités expérimentales et de nouveaux blocs qui pavent la voie vers de nouveaux horizons. 

L’avènement progressif du Full Site Editing

Avec les compositions de blocs (ou Block Patterns dans la langue de Beyoncé), les blocs réutilisables, ou des paramètres de gestion des styles avancés (global styles), les utilisateurs du CMS le plus répandu du web pouvaient pressentir l’accélération vers la phase 2, celle où les possibilités d’édition prennent le large et viennent envahir de nouvelles zones pour multiplier les options de mise en page et de personnalisation natives. 

Depuis juillet 2021 et la version 5.8 de WordPress, le Full Site Editing est devenu une réalité. Encore balbutiante et peu articulée faute de thèmes compatibles, mais une réalité quand même. Une nouvelle boîte à outils pour donner naissance à des créations inédites.

C’est une invitation à repenser toute la conception de sites internet à base de blocs, du premier pixel jusqu’au dernier. En composant des headers et des footers directement dans l’éditeur de contenu, on élargit les horizons éditoriaux et les stratégies de marketing digital. 

Avec l’arrivée de nouveaux blocs, comme ceux dédiés à la navigation ou au logo du site, les thèmes deviennent moins rigides, et on est moins dépendant d’une vision figée du positionnement de ces éléments clés : en tant que blocs, on peut les déplacer à la volée, faire évoluer leur présentation et leur rôle selon les pages. Plus de liberté, ça signifie plus d’opportunités. 

Cette version de WordPress signe aussi l’arrivée d’un bloc très attendu : la boucle de requête (Query pour les bilingues). Ce bloc va récupérer un élément donné sur votre site et l’afficher (par exemple vos derniers articles publiés, ou une catégorie précise de contenu, etc…), avec de nombreuses options de configuration et d’affichage. C’est technique, c’est puissant, et là encore, le potentiel pour enrichir les stratégies éditoriales grandit. 

Mais face à d’aussi larges possibilités, s’impose aussi la nécessité de cadrer et de faire des choix. De changer son approche métier pour de nombreux professionnels du web et créateurs de contenus. 

Ce que change le Full Site Editing

L’omniprésence de WordPress sur le web et sa polyvalence le rendent très attractif pour de nombreux profils aux compétences techniques plus ou moins avancées, qui profiteront tous des avancées proposées par le Full Site Editing.

Le Full Site Editing pour les utilisateurs de WordPress non professionnels

Pour ceux qui bidouillent des sites dans leur coin sans mettre les mains dans le code, c’est Noël avant l’heure.

Ils ont accès à des fonctionnalités avancées sans avoir besoin de connaissances techniques, et peuvent tester de multiples options de présentation et de mise en page pour générer seuls un site personnalisé, sans passer par une foule de plugins. Ce genre de profil sort vraiment gagnant du Full Site Editing, et on ne devrait pas tarder à voir apparaître de nombreux thèmes fournissant un cadre épanouissant pour toutes leurs expérimentations. 

Le Full Site Editing pour les agences web et les développeurs

Pour les agences web, c’est aussi une immense opportunité, mais qui nécessite de repenser ses méthodes de conception et de développement front-end. C’était déjà aussi le cas lors de l’arrivée de Gutenberg, et tout le monde ne s’était pas aligné pour mettre à profit cette nouveauté. 

Pourtant, le fonctionnement en blocs, appliqué à l’ensemble d’un site, laisse libre cours à la pensée modulaire, soit la possibilité d’imaginer un système de modules où chaque composition forme un ensemble cohérent, reposant sur des règles précises. La conception basée sur des composants permet surtout d’industrialiser certains éléments du développement, et donc de s’appuyer sur une base technique prête à l’emploi.

En dehors du gain de temps considérable, c’est aussi un moyen de capitaliser sur le travail de développement déjà effectué, et de construire petit à petit une signature technique qui se consolide en permanence, pour devenir plus performante et plus stable. 

Le Full Site Editing pour les rédacteurs web et professionnels du marketing

Du côté des créateurs de contenus web, le Full Site Editing est une occasion d’enrichir ses stratégies éditoriales en variant les dispositions de contenus et de réaliser des tests de mise en page pour réussir à calibrer les agencements les plus efficaces pour chaque circonstance. 

C’est aussi un moyen de devenir beaucoup plus autonome dans la création de landing pages, ces pages de contenu isolées dont l’objectif est dédié à la conversion, et qui se concentrent sur un sujet unique. Plus besoin d’intervention technique pour masquer le menu et laisser les lecteurs se focaliser sans distraction sur l’objet de la page. 

Et sans manipuler de code, chacun pourra se constituer sa propre bibliothèque de modèles de pages pour répondre en un clic à son besoin du moment. 

Et la suite ? 

Le Full Site Editing doit déjà se déployer plus largement pour dévoiler tout son potentiel avec des thèmes compatibles, mais on voit déjà à quel point cette étape est un nouvel élan pour WordPress, sa communauté et pour la création de contenus web en général. 

Et il n’est pas question de s’arrêter en si bon chemin : on connaît déjà les directions suivantes pour propulser la croissance de WordPress. A plus ou moins long terme, ce seront les modes collaboratifs (plusieurs personnes peuvent travailler sur une page en même temps) et le multilingue qui seront intégrés nativement au CMS !